Emilie Lancelot-Jouno, créatrice du réseau Singafrog à Singapour

singafrog

Singapour attire chaque année, à coté des traditionnels expatriés, un flux croissant de jeunes entrepreneurs, étudiants et diplômés attirés par le dynamisme de l’Asie. Ces jeunes nomades ont leur(s) réseau(x), parmi lesquels Singafrog occupe une place privilégiée.Rencontre avec Emilie Lancelot-Jouno, la créatrice, de Singafrog qui décrit avec beaucoup de simplicité l’objectif du réseau: rompre l’isolement à l’arrivée, passer de bons moments ensemble et se faire des amis.

Emilie Lancelot-Jouno  fait partie de cette génération de jeunes francophones entre 25 et 35 ans qui ont élu domicile dans la cité du Lion. La présence à Singapour de grandes écoles telles que l’ESSEC ou l’INSEAD, les partenariats noués par de nombreux prestigieux établissements, HEC, Polytechnique, HEC Lausanne, avec les universités singapouriennes, attirent un flux important d’étudiants francophones. Il y a aussi ceux et celles qui viennent à Singapour faire un stage ou un VIE (Volontariat International Entreprise). Ils étaient 182 en 2011 selon les chiffres d’Ubifrance. Il y a enfin ces jeunes professionnels qui, leur diplôme en poche, ont choisi de démarrer leur carrière en Asie, comme salariés d’une entreprise sur place ou comme entrepreneurs. Emilie Lancelot-Jouno  connaît bien ces jeunes nomades, qu’elle côtoie au quotidien. Arrivée à Singapour en 2006, cette spécialiste du Fund Raising a d’abord travaillé pour l’INSEAD avant de mettre son expertise à la disposition de NUS.

A son arrivée à Singapour, elle s’est aperçue qu’il n’était pas si facile de rencontrer des gens et de se faire des amis. En dehors des réseaux des écoles, il n’existait pas de lieu d’échange et de networking pour les jeunes francophones. A coté de son activité professionnelle et de sa passion pour la photographie, elle a donc consacré du temps à la création de Singafrog : un réseau d’échanges francophones supporté par un site internet, qui vit aussi largement au travers de sa communauté Facebook.

Qui sont les membres du réseau?

-Des jeunes entre 20 et 35 ans,  étudiants ou jeunes professionnels, célibataires ou en couple, le plus souvent sans enfant. La plupart du temps, ce sont des français, parfois des francophones, rarement des singapouriens sauf lors de soirées exceptionnelles.

Combien sont-ils ?

-C’est difficile à dire, car le réseau est ouvert. La communauté Facebook compte 1000 membres. Au total, le nombre de personnes qui suivent les activités de Singafrog, utilisent le forum ou participent occasionnellement aux soirées est de l’ordre de 2000. La participation n’est pas du tout régulière. Beaucoup sont très actifs sur les forums au moment où ils arrivent. Les groupes se forment  et les amitiés se forgent rapidement. Les membres reviennent ou ne reviennent pas à d’autres soirées mais apparemment restent soudés. C’est l’essentiel. Il y a des personnes qui ne sont venues qu’une fois et qui me disent plus tard : « c’est grâce à Singafrog que j’ai rencontré tous mes amis à Singapour ».

Comment faites-vous pour faire vivre ce réseau ?

-Singafrog organise des soirées. J’essaye de trouver des lieux attractifs et de négocier des formules  permettant, pour un prix de 20 à 30$ , de proposer un buffet et un ou deux verres de vin :  par exemple chez Wine connection, Barrio Chino ou encore Wine Company.  Je passe aussi beaucoup de temps à répondre aux personnes sur les forums. C’est plus simple aujourd’hui avec Facebook, car l’information circule beaucoup plus rapidement.

Singafrog est-il un réseau utile sur le plan professionnel?

-Ce n’est pas à proprement parler l’objet du réseau. Les soirées Singafrog ne fonctionnent pas comme des événements de networking, comme il en existe beaucoup à Singapour, où les gens échangent des quantités impressionnantes de cartes de visite. Il arrive que certains le fassent, mais ils détonnent dans l’ambiance générale. Pour autant, les contacts sont utiles pour comprendre les bons usages locaux. Pour ceux et celles qui recherchent un emploi, les contacts permettent aussi d’ouvrir des portes.

La soirée Singafrog du 14 Juillet est un must.

- Elle l’a été en 2008 et 2009. A l’époque, Singafrog était un des seuls réseaux qui organisaient quelque chose pour fêter le 14 Juillet. Apparemment les gens contactaient l’Ambassade pour se renseigner et celle-ci renvoyait sur notre soirée. L’affluence a été très forte. L’année suivante, les soirées se sont au contraire multipliées et les participants ont finalement boudé l’ensemble des soirées. En 2011 Singafrog a donc décidé de ne rien faire. Mais les autres réseaux ont fait de même, et il n’y a eu que très peu d’événement pour le 14 Juillet. Il faut rester flexible.

Liens :

Catégorie: 

Copyright © Equipaje 2012 - Tous droits réservés | Conditions d'utilisation | Liens | RSS  | Web Design fewStones