Anne Genetet, créatrice de "The Help Agency"

help agency

Dès son arrivée à Singapour, Anne Genetet est sensibilisée à la situation des employés de maison. Médecin-journaliste-consultante elle décide de se consacrer à la facilitation des relations entre les employeurs et les employées de maison en créant une agence de conseil et formation spécialisée: The Help Agency.

Lorsqu’elle s’installe à Singapour en 2005, avec ses 4 enfants, Anne Genetet a déjà accompli un parcours professionnel particulièrement riche et original guidé par la passion, plusieurs fois renouvelé, jamais interrompu par les contraintes de la mobilité. Quand elle est encore étudiante en Médecine, elle n’hésite pas à suivre aux Etats Unis celui qui deviendra son mari, poursuivant ses études par correspondance. Une fois diplômée, elle débute dans un centre de santé Croix Rouge, où elle couvre pendant plusieurs années des champs variés, s’impliquant dans l’accompagnement des toxicomanes et de personnes en difficulté sociale (RMI, sans-papier), participant au fonctionnement d’un service de PMI (protection maternelle et infantile), toujours désireuse de découvrir, d'approfondir et de continuer à se former.

La passion de transmettre aux autres

Par curiosité, elle s’inscrit à Paris VI dans une formation au journalisme médical qui va faire basculer sa carrière de praticien vers la communication. "A posteriori", résume-t-elle, « le fil conducteur de ce que j’ai fait, c’est ma passion de transmettre aux autres. Apprendre pour apprendre n’est pas suffisant. Ce qui est passionnant c’est de partager et transmettre. Je viens d’une famille d’enseignants. Finalement une très grande partie du métier de médecin consiste à expliquer les choses. Il est important, pour bien soigner, de prendre les gens dans leur globalité. Ce que les gens traversent à un moment de leur vie, conditionne les choix thérapeutiques".

De la Médecine à la communication,...

Cette formation au journalisme est une révélation. Anne Genetet a toujours aimé écrire. Elle trouve dans le journalisme une manière de conjuguer sa passion pour la médecine avec le goût de défricher pour expliquer. Mais le succès est presque trop rapide, qui l’oblige à choisir entre 2 métiers: l’écriture et la clinique. Un choix difficile, se rappelle-t-elle: «j’ai temporisé, et j’ai finalement démarré dans une agence de communication. J’ai adoré faire ce travail, dans lequel il s’agissait de mouliner une information scientifique de haut niveau pour la mettre à la portée des professionnels et du grand public». Anne acquiert pendant ces années une expérience rare, travaillant avec de grands laboratoires pharmaceutiques tels le laboratoire Roche pour Tamiflu (anti-grippal) et des groupes alimentaires comme Danone sur des programmes diététiques.

Cette expertise attire immédiatement l’attention quand elle arrive, en 2005, dans une Asie inquiète des risques de grippe aviaire. Les bagages à peine posés, elle reçoit une offre d’une société de conseil qui aide les entreprises à mettre en place des plans de prévention des pandémies. De médecin-journaliste elle devient alors consultante. Elle travaille dans ce secteur pendant quelques temps, mais choisit finalement d’arrêter: «ce métier ne me convenait pas tout à fait et j’étais gênée par le manque de rigueur scientifique». Cette décision la laisse un peu désemparée : «j’ai eu un peu de mal à faire le point. Je me disais qu’il n’était pas possible, étant française, de faire de la publicité dans un environnement anglophone et j’ai, d’ailleurs à tort, fermé cette piste. Je ne savais pas quelle activité je voulais poursuivre».

... Au conseil en gestion de la relation «famille expatriée-employée de maison»

C’est dans ce contexte qu’Anne Genetet décide de se consacrer à la situation des employés de maison et à la relation entre ces derniers et leurs employeurs. «J’avais été choquée, dès mon arrivée à Singapour, comme je visitais des maisons, de découvrir les conditions de vie et de travail des employés de maison. Certaines avaient leur chambre installée sous un escalier, n’ayant ni congés ni jours fériés. Assez rapidement, je me suis aperçue qu’il ne s’agissait pas de juger mais de comprendre. Il fallait creuser, comprendre l’histoire intime de ces personnes venant des Philippines ou d’autres pays en Asie". A posteriori, elle reconnaît qu’elle a, elle-même, commis des erreurs de communication avec sa propre employée de maison. Anne participe aux activités de plusieurs ONG. Elle intervient comme médecin bénévole auprès des employées de maison et découvre des situations de grande détresse. Puis elle décide de créer son entreprise: «Je me suis dit qu’il y avait des choses à faire. A défaut de changer les mentalités des employeurs locaux à Singapour, je pensais que je pouvais avoir un impact sur ma propre communauté». Le projet initial était de créer une agence spécialisée dans le recrutement des employées de maison. L’activité étant règlementée à Singapour, cette décision nécessitait de passer un certificat de droit spécialisé qu’Anne Genetet obtiendra, en 2008, au Singapore Polytechnic. Toutefois, elle s’aperçoit rapidement que les contraintes de fonctionnement des agences, en particulier l’obligation d’exercer, de fait, dans des locaux coûteux, emporte un vice : pour amortir les coûts fixes, les agences doivent impérativement multiplier les actes et sacrifier la qualité du service à la quantité. Anne Genetet fait donc évoluer son projet en le recentrant exclusivement sur la formation et le conseil, pour faciliter les relations entre les employeurs et leurs employées de maison.

En 2010, Elle crée The Help Agency, où elle développe des services à l’intention des employeurs et des employées de maison. Pour les employeurs, elle conçoit un dispositif -SOS Employeurs- qui permet d’aider ceux qui le souhaitent, à faire eux-mêmes l’ensemble des démarches administratives nécessaires au recrutement d’une employée de maison. Elle rédige un guide pratique de l’entretien de recrutement d’employées de maison, dans lequel elle propose des scénarii d’interview type, suggère certaines questions pour valider des aspects spécifiques, et offre la possibilité de fonder la décision de recrutement sur des critères aussi objectifs que possible à travers une grille de scoring. Elle met à disposition également des suggestions de planning pour organiser le travail des employées de maison, ainsi qu’une liste de progression de l’employée, avec 3 niveaux de compétences, pour favoriser le développement de l’intéressée et donner des critères pour une éventuelle progression salariale.

Pour les employées de maison, elle crée un second guide et développe une palette de formations. Le guide explique à l’employée de maison la culture de son employeur, ses attentes … Les formations couvrent la cuisine, la santé, l’hygiène et la sécurité. «Dans les cours de cuisine, par groupe de 2-3 personnes, il s’agit de pratiquer: les personnes font. Elles suivent une recette et préparent un repas complet. Ensuite elles partagent le repas réalisé et repartent avec un savoir-faire directement utilisable. Les ateliers hygiène et sécurité abordent l'hygiène de la maison, les bonnes pratiques pour éviter les transmissions de maladie, les bonnes positions pour soulever, porter et se baisser. Un autre atelier permet aussi d'adresser les questions de femmes".

Catégorie: 

Copyright © Equipaje 2012 - Tous droits réservés | Conditions d'utilisation | Liens | RSS  | Web Design fewStones