Anne Garrigue: « 40 portraits d’entrepreneurs français en Asie du Sud Est ».

40 Français qui entreprennent

Anne Garrigue, journaliste et écrivain vit depuis 20 ans en Asie. Elle a écrit plusieurs ouvrages sur le Japon et la Chine et a été pendant plusieurs années rédactrice en chef du magazine Connexions à Pékin. Elle publie aujourd’hui une série de 40 portraits d’entrepreneurs en Asean avec en fil rouge, cette question, qu’elle rappelle dans la préface de son livre: « qu’est-ce qui pousse à créer son entreprise et pourquoi franchir 10.000 km pour le faire?

-Comment est né ce projet ?

-Il est né d’une série d’entretiens publiés sur le site Aujourd’hui le Monde. J’ai eu envie de regrouper ces portraits d’entrepreneurs, qui prennent ainsi une nouvelle dimension: plus sociale, plus forte. J’ai souhaité le faire sous la forme d’un livre, parce que le papier, comme support, est complémentaire du numérique. Le livre permet de se poser, de réfléchir.

-Pourquoi ces portraits d’entrepreneurs ?

- Parce que je suis fascinée par l’esprit d’entreprise. Les entrepreneurs sont des héros des temps modernes. Ce sont des gens qui signent leur vie. Ils n’entreprennent pas par hasard. Ils font un choix adulte qui engage une responsabilité à cent pour cent. Ce sont des aventuriers au plein sens du terme, les héritiers des aventuriers du XIXème siècle. Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’un de ces entrepreneurs, Eric Martin, fondateur de plusieurs entreprises dans le tourisme et l’alimentation au Vietnam (Exotissimo et Apple tree), quand il retrouve de vieilles photos des bateaux à aube, se passionne à ce point pour ces embarcations qu’il part à la recherche d’archives, rencontre les descendants de la famille qui exploitait ces bateaux au Vietnam, en fait finalement construire et affréter plusieurs exemplaires. Ce faisant, il boucle la boucle et fait le lien entre les deux familles d’aventuriers.

-Dans la préface de l’ouvrage, vous mettez en miroir création artistique et création d’entreprise

-En effet, j’ai acquis, au travers de mon métier, l’expérience de la création à partir de la page blanche, qu’elle soit de papier ou de toile. Je voulais voir ce que cela donnait dans le « vrai monde ». Je pense que l’esprit d’entreprise n’est pas assez encouragé en France. On porte au pinacle les artistes, les patrons de grandes entreprises, les grands Corps. On ne valorise pas assez les entrepreneurs. Pourtant, ce sont des gens qui sont habités par la flamme de la création, qui éprouvent une passion pour ce qu’ils font

-Quand vous parlez du « vrai monde », le terme « monde » est sans doute à prendre au premier degré.

-En effet. Pour les jeunes en particulier, le terrain de jeu, c’est désormais le monde. Les français de l’extérieur qui vivent loin de la France tout en restant profondément attachés à la France forment une importante diaspora. Ils ne réclament pas. Ils veulent donner. Je voulais leur rendre hommage et, tel un écrivain public, leur donner la possibilité de s’exprimer et de transmettre.

-Le livre est écrit en français et en anglais, est-ce un reflet de cette mondialisation ?

-Oui. Parce qu’on est en pleine mondialisation, et que l’on s’adresse au monde en anglais, c’était important, aussi, de faire un livre qui ouvre, plutôt qu’il enferme. Ce livre doit pouvoir être le départ d’échanges. Si il était écrit seulement en français, il serait porteur d’un message de fermeture. Parce qu’il est aussi écrit en anglais, les entrepreneurs peuvent le montrer à leurs partenaires, clients ou salariés. J’insiste d’ailleurs sur cette notion de double écriture. Il s’agissait de traduire ces portraits dans un anglais irréprochable. Ce travail a été réalisé par une véritable plume, ce qui fait de la version anglaise une vraie création.

-Pourquoi situer cette galerie de portraits en Asie du Sud Est ?

-Il s’agit de portraits psychologiques.Des portraits dans un environnement. Pourquoi crée-t-on en Asie du Sud Est? Pour les intéressés, ce n’est pas forcément un choix délibéré. Dans certain cas, c’est le fait du hasard. Dans d’autres cas, c’est l’expression d’un retour à ses origines, à une histoire familiale… Parfois c’est un choix en début de vie professionnelle. Dans d’autres cas c’est un choix à mi vie .De nombreux entrepreneurs sont arrivés dans la région parce qu’ils y ont été postés par leur entreprise. L’ASEAN est aussi une région en forte croissance, qui offre de vraies opportunités. C’est une région intéressante dans sa diversité. Elle est composée de pays émergents, mais aussi d’un centre, comme Singapour, très évolué. On y voit se développer une certaine classe moyenne, avec un bon niveau d’instruction. Mais la main d‘œuvre reste encore bon marché. Il y a des pays dans lesquels les règles de droit sont bien établies. D’autres où ce n’est pas le cas. Ce sont des pays dans lesquels les entrepreneurs sont confrontés à de vraies difficultés. Parfois à des risques physiques. Ils doivent savoir se montrer paternalistes, montrer aux gens du respect, et en même temps mettre en place les fondamentaux d’une organisation efficace.

-Quels sont les points communs de ces entrepreneurs ?

-Ces entrepreneurs ont des parcours très différents. C’est d’ailleurs ce qui m’a intéressé : ce monde des entrepreneurs, c’est aussi une représentation de la France que j’aime. Avec des gens très divers : des hommes et des femmes, des origines ethniques variées. C’est le génie français dans sa diversité.

Ce qu’ils ont en commun, ce sont ces traits de caractère qui ont permis de mettre en œuvre avec succès des projets variés, dans un environnement qui présentait de nombreuses difficultés. Ce ne sont pas des têtes brulées. Ce sont des gens responsables, qui aiment la réussite mais qui n’ont pas peur de parler de leurs échecs. La trajectoire de ces entrepreneurs est rarement rectiligne. Les revers font partie de l’expérience. Ce sont des personnes éprises de liberté, d’indépendance d’esprit, qui aiment l’aventure, la création, assumer leur responsabilité. Pour eux le plus souvent l’argent est plus une sanction de leur travail qu’un but en soi. Ils savent aussi transformer un rêve en réalité. Ils font preuve d’une forte énergie, de flexibilité de résistance au stress. Ils aiment innover….

-Y-a-t-il une spécificité de l’entrepreneur français ?

-Quand on est Français et que l’on est, sur son marché un outsider, avec de nombreux concurrents locaux, on doit apporter quelque chose qui fasse la différence. Les entrepreneurs Français sont engagés dans la bataille de l’excellence : faire bien ce que l’on fait ; le faire avec cohérence.

Lire et acheter le livre «Aux nouvelles frontières d’Asie, 40 Français qui entreprennent»: télécharger le livre à partir du site aujourdhui le Monde

Catégorie: 

Copyright © Equipaje 2012 - Tous droits réservés | Conditions d'utilisation | Liens | RSS  | Web Design fewStones